Infos locales Écologies

« LA COP33 » revendique des actions contre 4 sites Lafarge autour de Bordeaux


Nous avons reçu par mail le communiqué de revendication de L’Association Contre l’Ouverture des Portails en gironde (LA COP33) concernant des actions sur les sites Lafarge de Cabanac, Blanquefort, Villenave d’Ornon et Libourne dans le cadre de l’appel des Soulèvements de La Terre à des journées d’action contre Lafarge le monde du béton.

Bonjour,

Nous sommes L’Association Contre l’Ouverture des Portails en Gironde (LA COP33).

Jeudi soir, nous avons repeint et saboté les portails d’entrée de 4 sites Lafarge autour de Bordeaux.

Nous répondons à l’appel des Soulèvements de La Terre à des journées d’actions contre Lafarge et le monde du béton, et comme dans toutes les métropoles, la région bordelaise n’est pas épargnée par ses ravages...

Depuis maintenant des décennies, le béton sert à modeler l’environnement urbain pour répondre aux délires de contrôle du pouvoir : fluidifier les flux, aseptiser les villes, gouverner les corps et discipliner les esprits... Ces délires s’incarnent depuis des décennies dans des gRaNds pr0jeTs d’aménagements et d’infrastructures tous plus gourmands en béton, les uns que les autres. À Bordeaux, nous avons connu la destruction de quartiers entiers comme à Bègles ou à Belcier pour pouvoir y reconstruire de nouveaux éCo-quArtiers à la sauce sécuritaire, le chouchou de la région étant ce fameux projet Euratlantique, qui veut mettre Bordeaux sur la carte des grandes métropoles d’Europe attractives et branchées pour les âmes les plus grises de notre époque. Dans la même veine, ces dernières années, s’est vu ressortir des cartons le projet de LGV Bordeaux-Toulouse-Dax porté par les idéologues du dynamisme et de la grande vitesse qui promet de lacérer de larges pans du territoire du sud-ouest à grands coups de rails et comme toujours dans ces projets, de béton, évidemment.

Ainsi, nous nous sentions très concerné.es par cet appel, d’autant plus qu’il ciblait précisément l’ennemi numéro 1 : Lafarge. L’entreprise responsable de la majorité de la production de béton dans le monde et donc du ravage du vivant qu’elle engendre. L’entreprise qui finançait Daesh tout en fricotant avec les services de renseignement et qui traitait en terroristes celles et ceux qui avaient eu l’audace de s’attaquer un tant soit peu conséquemment à elle en décembre dernier. L’entreprise qui, comme toutes celles de son espèce, laisse crever au travail des ouvrier.es surexploité.es, comme ce chauffeur-livreur mort ensevelit par des gravats la semaine dernière à Port-la-Nouvelle.

Ne pouvant manquer une si belle occasion de s’en prendre à ce qui nous tue, nous avons décidé de passer à l’action pour mettre un petit coup d’arrêt aux livraisons de béton dans les chantiers de la région. Pour empêcher les camions-toupies plein de leur substance immonde de sortir des sites de production, nous avons bloqué par tous les moyens possibles les portails des sites de Cabanac, Blanquefort, Villenave d’Ornon et Libourne : bétonnage de chaînes (retour à l’envoyeur) accrochées au portail, soudure à froid entre les gonds, mousse expansive dans les mécanismes, colle dans toutes les serrures et évidemment re-décoration de l’entrée du site. Le lendemain matin, les livraisons ont dû prendre un peu de retard...

Nous sommes ravi.es de voir qu’en Gironde (à Lormont, Saint-Michel-de-Rieufret, Porchéres, Montpouillan) et partout en France, Lafarge et ses potes prennent cher et nous espérons que cela continuera les prochains jours, et même les prochains mois !

La prochaine fois, on ne s’arrêtera pas au portail !

Force aux inculpé.es de Bouc-Bel-Air et à toustes celles et ceux qui se soulèvent !

LA COP 33

À lire aussi